Association des correcteurs de langue française

Convergences :
les enjeux
de la correction
en non-fiction

L’Association des correcteurs de langue française (ACLF) et Fontaine O Livres organisent en 2022 un cycle de trois rencontres en visioconférence, sur le thème de la préparation des ouvrages de non-fiction.

Troisième rencontre :
mercredi 30 novembre 2022, de 18 heures
à 19 h 30

Avec Véronique Servat, Valérie Tougard et  Bertrand Bernard autour de l’ouvrage En lutte ! Carnet de chants paru le 29 septembre aux Éditions du Détour.

En lutte ! Carnet de chants est un recueil de 24 chansons emblématiques des luttes sociales et politiques dans le monde, de 1789 à nos jours. Les quatre coauteurs, tous professeurs d’histoire-géographie, ont choisi la chanson pour en montrer le potentiel militant et la fonction, qui est de redonner la parole aux invisibles et aux sans-voix, c’est-à-dire au peuple. Chacune est recontextualisée, expliquée dans ses termes et prolongée par un encart qui précise tel ou tel point de l’époque contemporaine…

Quelle a été l’amplitude de l’intervention de la correctrice, sachant que la préparation de copie avait été effectuée en amont par l’éditeur ? Comment a-t-elle mobilisé le code typographique pour habiller le texte de ses capitales et bas-de-casse ? Pourquoi les manuels d’orthotypographie se contredisent-ils parfois, ce qui rend plus complexe la relecture et amène à faire des choix ? Et quelle est la différence entre code et marche maison ?

Cette rencontre, animée par Sophie Quetteville, se conclura par un temps d’échange avec le public.

Informations pratiques : mercredi 30 novembre, de 18 heures à 19 h 30, en visioconférence, ouvert à tous et gratuit. Le lien sera envoyé aux inscrits la veille du rendez-vous.   
Inscriptions auprès de Fontaine O Livres (communication@fontaineolivres.com).

Deuxième rencontre :
mercredi 19 octobre 2022, de 18 heures
à 19 h 30

Avec Mathilde Ramadier, Matthieu Crocq et Sophie Caillat autour de l’ouvrage Vivre fluide paru le 8 septembre aux éditions du Faubourg.

Vivre fluide. Quand les femmes s’émancipent de l’hétérosexualité, de Mathilde Ramadier est un essai sur la bisexualité qui tente de cerner son objet, infiniment mouvant, à la lumière de nombreux témoignages et de plusieurs disciplines : la sexologie, l’histoire, la psychanalyse, les gender studies, etc. D’abord considérée comme présence conjointe du féminin et du masculin chez un sujet — à l’image de l’hermaphrodite ou de l’androgyne —, la bisexualité s’affirme aujourd’hui comme moyen de lutte contre la binarité et les normes sociales. Si de multiples étiquettes coexistent au sein du mouvement LGBT+, l’autrice puise celle de « fluide » pour signifier la force du désir chez les personnes interrogées…

Quelles ont été les opérations de préparation de copie qui ont enrichi ce travail à mi-chemin entre les apports théoriques et l’itinéraire personnel ? En quoi le correcteur a-t-il contribué à renforcer la lisibilité du texte ? Et notamment, comment a-t-il veillé à traduire des termes de jargon issus de l’anglais ou à redonner des éléments de contexte pour s’adresser au plus grand nombre ? Dans le même sens, comment l’écriture inclusive — utilisée de manière discrète mais cohérente — s’est-elle imposée pour habiller ce texte aux accents féministes ?

Cette rencontre, animée par Sophie Quetteville, se conclura par un temps d’échange avec le public.
Informations pratiques : mercredi 19 octobre, de 18 heures à 19 h 30, en visioconférence, ouvert à tous et gratuit. Le lien sera envoyé aux inscrits la veille du rendez-vous.
Inscriptions auprès de Fontaine O Livres (communication@fontaineolivres.com).

Première rencontre :
mardi 20 septembre 2022, de 18 heures
à 19 h 30

Avec Céline Regnard, Fabrice Émont et Chloé Pathé autour de l’ouvrage En transit. Les Syriens à Beyrouth, Marseille, Le Havre, New York (1880-1914) paru le 22 septembre aux éditions Anamosa.

En transit est un essai historique qui dépeint la migration de masse des Syriens de 1880 à 1914, soit 300 000 personnes, de Beyrouth à New York, dont la station d’Ellis Island reste l’emblème. Cette histoire s’écrit à partir de l’expérience même des migrants grâce à un travail minutieux sur les sources : autobiographies, témoignages, rapports de police, etc. En cinq chapitres très fouillés, Céline Regnard traite du fait d’habiter ce moment si particulier de l’entre-deux, des contrôles d’identité et sanitaires, des escroqueries des “pisteurs” et autres profiteurs, des ressources propres des migrants et, enfin, des représentations imaginaires qui leur sont attachées. Un phénomène qui résonne avec les flux migratoires actuels, notamment celui des réfugiés d’Ukraine.

Quelles ont été les opérations de préparation de copie qui ont enrichi ce travail exigeant ? Comment et avec quels outils le correcteur a-t-il abordé la vérification de l’information dans cet essai regorgeant de faits, de situations et de personnages historiques ? En quoi s’est-il fait le gardien ou le garant de l’exactitude des noms propres, d’autant que les migrants syriens en changeaient fréquemment lors de leur transit en France et de leur arrivée aux États-Unis ; des dates ; et des citations extraites de journaux de l’époque ? Pourquoi corriger est-ce avant tout veiller sur la véridicité du contenu ?

Cette rencontre, animée par Sophie Quetteville, se conclura par un temps d’échange avec le public.
Informations pratiques : mardi 20 septembre, de 18 heures à 19 h 30, en visioconférence, ouvert à tous et gratuit. Le lien sera envoyé aux inscrits la veille du rendez-vous.  
Inscriptions auprès de Fontaine O Livres (communication@fontaineolivres.com).